Petite poésie

Publié le par Oark

Pour mon premier article, voici une poésie que j'ai écrite en l'honneur d'un camarade de classe plutôt... particulier



Lorsque de sa voix qui effraierait une contrebass’

 

Ce poète et grand homm’, ce baryton de panam’

Cet anachorète abscons et sa pomm’ d’Adam’

 

M’apostrophait en allemand pour faire plus class’

 

« Dub ist bleud, tu racontes toujours des fadaises »

Sans honte, pour ces discours, j’étais à mon aise.

 

Je levais alors les yeux vers sa grand’ carcass’

 

Et tentait avec ardeur de trouver un bon mot,

Mais ce grand orateur m’imposait aussitôt,

 

Une discussion monologique des plus cocass’

 

Ses paroles le portent mais le bon sens il bafoue

Très peu lui importe que les gens le croient fou

 

Du moment qu’ils l’exhort’, pourvu qu’ils l’admirass’

 

Cet orfèvre de l’expression, cet adepte de la foi

A cause de sa diction, nous fit rire plus d’une fois,

 

En effet, il n’avait pas les idées en plac’.

 

Je me souviens encore, suite à un oral peu notable

Mes compagnons d’alors revenaient à leur table

 

Nous n’avions vraiment pas été très forts, hélas.

 

Lorsque l’homme fantasque se tournant à moitié,

Jeta telle une bourrasque, un regard aiguisé.

 

« Cela n’est pas très pro » nous lança-t-il en face.

 

Cette phrase prononcée avec emphase fit de l’effet,

En effet, s’en était fait de notre air satisfait.

Publié dans Poésie

Commenter cet article