Lettre ouverte à Mr Mahmoud Ahmadinejad

Publié le par Oark

Lettre ouverte à Mr Mahmoud Ahmadinejad

 

 

Mr le Président Iranien, votre récente déclaration lors de la récente conférence internationale d’Urban 2, conférence qui, je le rappelle, devait permettre au monde entier, dans un même élan de fraternité désintéressé, de s’unir sous une unique bannière afin de lutter ensemble contre le racisme, la xénophobie et l’antisémitisme, m’a laissé pour le moins perplexe et fait me souvenir d’une autre déclaration que vous aviez, sans honte aucune, faite il y a quelques temps devant une cohorte de journalistes.

 

Je vous cite, si cela ne vous dérange pas, et quand bien même : vous ne pourriez m’avertir de votre désagrément à être évoqué ainsi, qu’après la publication, la découverte, la traduction et enfin la lecture attentive de cet article, ô combien pertinent mais malheureusement perdu dans l’immensité de la toile informatique et de surcroit écrit en français

 

C’est pourquoi, si je mentionne cette petite phrase, issue il est vrai d’un long discours d’une demi-heure, et que par le plus grand des hasards ce billet venait à votre connaissance, veuillez m’excuser si vous estimez qu’elle serait alors sortie de son contexte et dénaturée, privée de son sens premier en somme, que ce soit par mon inadvertance ou ma malhonnêteté intellectuelle.

 

« Israël doit être rayé de la carte »

 

Analysons le message si vous le voulez bien ; notez que je m’adresse ici à mes nombreux lecteurs fidèles qui sont au nombre de deux et dont l’un d’eux est ma maman à qui je fais un bisou, et non à Mr Mahmoud Ahmadinejad qui n’aura pas de bisous de ma part.

 

Si je n’étais pas l’étudiant instruit et doté d’une intelligence fine qui vous écris aujourd’hui, je vous conseillerai sur le champ d’ouvrir votre bibliothèque, de vous emparer de la main droite d’un de ces atlas dont l’emploi nécessite autant de puissance musculaire que d’esprit méthodique, tandis que votre fébrile main gauche, agrippant avec hargne un feutre indélébile, rayerai par à-coups rageurs l’emplacement où est écrit en lettre capitale le nom de l’état sioniste.

 

Malheureusement, je comprends la double signification de cette locution qu’il ne faut, hélas, pas entendre au sens propre, mais bien dans sa terrible notion figurée ; je sais que vous ne vous contenterez pas d’une vulgaire mappemonde, qu’il vous faudra, pour exécuter votre sinistre projet, des avions de combat et des bombes ; et lorsqu’enfin votre horrible besogne sera accomplie, un satellite espion étasunien, premier témoin du drame, capturera du haut de la stratosphère où il évolue, des images de millions de pixel sur lesquelles s’étaleront  les tragiques stigmates de votre folie : il pourra observer un gigantesque trait rectiligne tracé à même le sol et à la peinture noire sur le désert de Palestine.

 

On me fait signe, encore un de ces maudits curieux qui viennent lire la prose du scribe par-dessus son épaule, que quelques légers détails m’auraient échappé, voire que je n’aurai pas, intégralement saisi l’idée qui se cache derrière votre discours. Personnellement, j’en doute fort, mais par souci d’exhaustivité, je me devais de le signaler.

Publié dans Textes

Commenter cet article

chantal 03/07/2009 19:06

moi aussi je te fais un bisou mon fils et je suis très fière de toi